fbpx

Comment le bilan de compétences peut me permettre de retrouver du sens ?

Selon une enquête de la Dares publiée le 27 mai 2021, 30% des salariés français estiment que leur travail est inutile. 8% d’entre eux trouvent que leurs missions professionnelles manquent de sens et 11% se déclarent contraints de faire des choses qu’ils désapprouvent. Une tendance sans doute marquée par la crise du Covid, mais néanmoins présente. Cet article décortique la notion de sens au travail et propose une solution pour en retrouver dans son quotidien.

Grâce à cet article, vous en saurez plus sur l’origine de la quête de sens et sur son évolution depuis quelques dizaines d’années. Nous verrons comment se réorienter pour être plus aligné avec ses valeurs et ses convictions profondes. Enfin, vous comprendrez en quoi le bilan de compétences peut vous permettre de retrouver du sens. 

Table des matières

 

Qu’est-ce que le sens au travail ?

On peut définir le sens comme l’alignement entre ce qu’on est et ce qu’on fait.

3 sources contribuent au sens que l’on souhaite donner à sa vie : 

  • L’appartenance : appartenir à un groupe, se sentir inclus, compris et accepté, tisser des liens avec une communauté qui nous apprécie pour ce que l’on est
  • Être en phase avec ses valeurs profondes : s’interroger et identifier ses besoins profonds pour aligner ses actions dans l’exercice de son métier ou dans l’environnement de son secteur d’activité
  • Et se sentir utile : ce sentiment gratifiant nous permet de nous sentir émotionnellement proche des autres

les-3-sources-de-sens

Le sens est une raison d’être, une valeur, la finalité de quelque chose, ce qui le justifie ou l’explique. Dans le travail, il est comparable au “pourquoi” je fais telle tâche ou tel métier. Qu’est-ce que j’accomplis, pourquoi ça me motive de le faire… Le sens permet d’atteindre des objectifs qui nous sont propres et qui sont alignés avec nos aspirations, nos convictions, nos motivations et nos valeurs intrinsèques.

La quête de sens, une question de point de vue

Le sens donné au travail n’est pas le même selon si on se place du point de vue du salarié ou de l’entreprise. L’entreprise a pour objectif d’être pérenne et de dégager des profits. Théoriquement, pour booster son salarié, elle devrait développer ses compétences et promouvoir son évolution professionnelle. Le décalage s’opère lorsque l’employé se rend compte qu’il ne peut pas toujours s’affirmer professionnellement. Il ressent cette incompatibilité qui ira crescendo jusqu’à être en décalage complet et envisager une reconversion professionnelle

Du côté du salarié, le mot “sens” ne recouvre pas toujours la même réalité. Pour une grande majorité des sondés, selon une étude menée conjointement entre Deloitte et Viadeo, le sens passe par l’apprentissage de nouvelles connaissances, la reconnaissance et la transmission des compétences. D’autres études montrent que la quête de sens est étroitement liée aux émotions positives, à la valorisation des compétences ou encore au sentiment d’utilité.

boussole

Parfois, le sentiment d’utilité peut venir de l’emploi lui-même. Le bullshit job, par exemple, est un symptôme de la perte de sens au travail. Selon David Graeber, 40% des emplois occupés par la population active sont des “bullshit jobs” ou “emplois à la con”. Ces emplois ont pour point commun une finalité superflue ou inutile. L’exercice de cette fonction serait peu intéressante intellectuellement, ennuyante et aliénante. Une situation prolongée augmenterait alors le risque de “brown-out”. 

La quête de sens a beaucoup évolué ces dernières années. En effet, le monde du travail s’est transformé. Le travail des années 1960 était purement alimentaire et ne nécessitait pas de compétence spécifique. En 1980 s’est progressivement posée la question de la quête d’identité et d’ascension sociale. C’est dans les années 1990 que les salariés ont développé leurs talents en exerçant leur métier. 

Pour se réaliser, le salarié d’aujourd’hui cherche à se sentir utile et à s’affirmer socialement. C’est pourquoi les secteurs de l’humanitaire, de l’environnement et du développement durable ont le vent en poupe. Cette tendance est encore plus marquée chez la jeune génération : parmi les 30% de Français prêts à changer pour un métier qui aura plus de sens à leurs yeux, 57% sont des actifs âgés de 18 à 24 ans (selon une étude Randstad).

Est-ce que la crise du Covid 19 est un facteur aggravant dans la perte de sens ? La même étude montre l’impact du Covid dans leur quête de sens au travail. Avant la crise, 13% des sondés avaient le sentiment d’exercer un métier inutile. Cette proportion s’est élevée à 29% après la crise. La crise sanitaire a généralisé le télétravail, partiel ou total. Ce détachement à la vie de l’entreprise a eu des impacts négatifs sur la quête de sens au travail. En effet, les salariés se sont sentis particulièrement isolés et inutiles pendant ces périodes de confinement.

Le bilan de compétences pour retrouver du sens

Le bilan de compétences est une méthode et un accompagnement qui vous aidera à retrouver du sens. Comment ? En travaillant sur les concepts proches de ceux de l’Ikigai. Le point commun entre le bilan de compétences et l’Ikigai est la démarche introspective. Dans un cas comme dans l’autre, l’objectif est de prendre du recul sur soi pour faire émerger vos forces, vos moteurs et vos aptitudes innées.

Le concept Ikigai est une méthode qui aide à faire le point sur ses atouts et sur son environnement. Il repose sur une introspection franche et sans biais permettant de trouver sa raison d’être, notamment professionnelle.

Ce concept nous vient tout droit du Japon. C’est un puissant outil d’introspection. L’Ikigai peut vous servir si vous êtes en période de doute concernant votre vie professionnelle. Que ce soit parce que vous n’adhérez plus aux valeurs de l’entreprise ou parce que vous ne comprenez plus l’intérêt de votre mission, l’Ikigai permet de se reconnecter avec son propre système de valeurs. C’est en cela qu’il est une boussole dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

Trouver sa raison d’être professionnelle résulte d’un cheminement comprenant plusieurs étapes. La première étape d’introspection consiste à trouver :

  • Ce que vous aimez faire,
  • Ce pour quoi vous êtes doué,
  • Ce pour quoi vous êtes (ou pouvez être) payé,
  • Et ce dont le monde a besoin.

Les éléments que vous identifierez ne sont pas forcément en lien avec votre profession. Ils concernent votre vie toute entière : vos relations, vos hobbies, votre style de vie, vos talents… 

trouver-son-ikigai

Chacune de ces sphères interagit avec l’autre. Ainsi, la passion sera à l’intersection entre ce que vous aimez faire et ce pour quoi vous êtes doué. Votre mission sera caractérisée par ce que vous aimez et ce dont le monde a besoin. Votre vocation se traduira par rapport à ce dont le monde a besoin et ce qui vous permet de gagner de l’argent. Enfin, votre profession sera à la croisée des chemins de vos dons et de ce qui vous permet de gagner de l’argent.

L’intérêt de cette démarche n’est pas de se focaliser sur la profession mais plutôt de travailler sur l’Ikigai dans son ensemble. C’est ensuite grâce à cet équilibre que vous trouverez une profession avec un réel impact positif sur votre quotidien. Mais mener cette démarche sans aide extérieure peut vite vous donner la sensation de tourner en rond.

Pour y remédier, voici une méthode simple… bien qu’elle nécessite tout de même un peu de temps et de la bonne volonté :

  1. Imprégnez-vous du schéma pour vous l’approprier, adoptez une approche positive et essayez de ne pas  vous mettre de barrière ;
  2. Entamez une phase d’introspection (toutes les sphères n’ont pas à être remplies dans l’ordre, prenez des notes pour vous aider et pour ne pas oublier chaque nouvelle idée) et trouvez ce ce que vous aimez faire ainsi que ce pour quoi vous êtes doué ;
  3. Analysez ensuite votre environnement pour évaluer ce dont le monde a besoin et ce pour quoi vous êtes payé ;
  4. Complétez le schéma avec vos passions, votre mission, votre profession et votre vocation.

Pour vous aider, entourez-vous de personnes bienveillantes et de confiance. Vous aurez besoin d’un ou de plusieurs avis extérieurs qui doivent vous challenger sans pour autant définir votre projet à votre place. Pour mener ce type de démarche, les chances de réussite sont accrues si vous vous faites accompagner. Le coach en bilan de compétences est un professionnel formé pour vous aider à trouver votre raison d’être professionnelle. Gagnez du temps et offrez-vous l’accompagnement d’un coach à l’écoute, bienveillant et compétent. 

sur le même thème ...