jelleke-vanooteghem-i-npkju5_-k-unsplash

Le problème ce n’est pas l’entreprise, c’est vous

Lorsque ça ne va pas dans notre job, on se dit que la seule solution, c’est de changer d’entreprise. Et une fois que la décision est prise, on a envie de partir vite et et de rebondir rapidement sur un nouveau projet. 

Si on a de la chance, on peut arriver à enchainer les entretiens et rebondir assez rapidement sur un nouveau job. 

Dans le cas contraire, ça peut être un peu plus compliqué et prendre plus de temps qu’on ne le pensait. Le stress va commencer à monter. Résultat: on va accepter beaucoup plus facilement les potentielles propositions d’embauche. 

Malheureusement, dans les deux cas, il y a presque 50% de chances que vous soyez confronté aux même problèmes un an plus tard, une fois la lune de miel terminée.

Et dans la majorité des cas, ce ne sera pas que la faute de l’entreprise.

« Sur 100 personnes, 17% ne sont plus en poste au bout de 6 mois, 36% ne passent pas l’année et 46% sont parties avant 18 mois. Dans 9 cas sur 10, ces échecs n’ont rien à voir avec les compétences, mais plutôt avec des mésententes managériales ou avec un non-alignement avec les valeurs de l’entreprise », explique David Bernard, CEO fondateur d’AssessFirst.

Oui, le management, les conditions de travail ou l’ambiance peuvent être insupportables. Néanmoins, dans les raisons qui font que l’on quitte une entreprise, il y a une part très individuelle de notre lien au travail.

« Chacun détient des seuils de tolérance très différents : cela peut toucher à notre rapport à la reconnaissance, à l’autorité, aux valeurs, au management … mais c’est surtout une rencontre entre la personne, ce qu’elle est, son histoire et son travail » précise Clément Delespaul, spécialisé sur les questions du Burn out.


Pour ma part, j’ai passé plus de 10 ans sur des postes de consultants alors que mes motivations étaient en décalage avec ce que pouvait m’offrir ces jobs.

J’ai découvert depuis que mon moteur n’était pas l’argent, ni la compétition et que je n’aimais pas travailler de façon disciplinée. J’ai besoin d’ambiance fun, j’ai besoin d’aider les autres et surtout, j’ai besoin de flexibilité …



Dès lors, avant de passer à autre chose, il est essentiel de réfléchir à ce que l’on veut faire mais, surtout, de comprendre comment on veut le faire, dans quel cadre et pour quelles raisons.

Comment est ce que j’ai envie de travailler ?

  • Dans quel type d’ambiance ? (Est ce que je veux avoir de l’autonomie, travailler en équipe ? )
  • Quel type de manager est ce que je recherche ? (Un coach, un visionnaire, un manager participatif ? )

Dans quel cadre j’ai envie de travailler ?

  • Dans quel type de culture je m’épanouis ? (Lorsqu’il y a de la compétition, dans un environnement innovant, dans une environnement sécurisant ? )

Pourquoi est ce que je veux le faire ?

  • Pour avoir une rémunération attractive ? Pour être reconnue par les autres ? Pour aider les autres ?
  • Pour avoir un meilleur équilibre de vie ?

Pour vous aider à répondre à toutes ces questions, voici un petit secret : le test DRIVE d’Assessfirst qui vous permettra d’identifier ce qui vous motive vraiment au travail : https://afir.st/lNu4k





Ce travail d’introspection va vous aider à définir un vrai périmètre et vous guidera tout au long de vos recherches pour ne pas vous éloigner de l’essentiel. Il vous permettra de cibler les entreprises qui pourront répondre à vos motivations profondes et vous donner un réel épanouissement dans votre travail.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email